L’environnement est l’espace qui entoure le groupe, l’entreprise ou l’organisation. La frontière qui sépare les éléments appartenant au groupe des éléments de l’environnement s’appelle la Frontière Majeure Externe. La capacité du groupe ou de l’organisation à survivre et à prospérer dépend ainsi de cet espace d’où il tire les éléments qui conditionnent son existence. On y trouve en effet les ressources et les opportunités, mais aussi les menaces à son existence. Aussi ces facteurs sont-ils qualifiés de stratégiques, car une organisation qui les sous-estime s’expose et court à sa perte.

Nous allons évoquer trois de ces éléments, notamment : les figures d’autorité, le cahier des charges, l’identification de l’élément stratégique.

Les figures d’autorité

Les figures d’autorité constituent l’environnement structurel de l’entreprise ou du groupe. Elles influencent son fonctionnement, son travail et sa manière de travailler. Ainsi y trouve-t-on en plus des clients et des fournisseurs, les actionnaires, les banquiers, la concurrence, les média, l’autorité de tutelle, la législation.

Les figures d’autorité « régulent » l’activité, et le groupe ou l’organisation se doit de toujours trouver une réponse cohérente à leurs sollicitations. A titre d’exemple, une banque qui serait prise en défaut pour non-respect des dispositions prudentielles de la Banque Centrale serait rappelée à l’ordre et pourrait encourir une sanction de la Commission Bancaire, l’organe de surveillance et de contrôle de l’activité bancaire.

Le cahier des charges et l’élément stratégique

La vocation d’une organisation étant d’être être pérenne et d’assurer sa croissance, elle ne peut le faire qu’en respectant le cahier de charges prescrit par l’environnement. Le cahier des charges est ainsi l’élément qui permet à l’entreprise de se mesurer par rapport à l’environnement et de savoir si le service voulu par le client  est bien rendu.

Aussi s’aperçoit on que l’Environnement regorge de ressources et d’opportunités (clients, législation, banques) mais, aussi de menaces (clients insatisfaits, parts de marché perdues, concurrence, non-respect de la législation, relations difficiles avec le banquier).

La mission essentielle du leader, est de surveiller au jour le jour son Environnement, afin d’y détecter l’élément clé pour lequel l’entreprise doit mobiliser son énergie au risque disparaître. Cet élément s’appelle l’élément stratégique.

Faute de connaître personnellement son environnement, le dirigeant ou leader expose sa structure à des dysfonctionnements dont des difficultés à anticiper les changements qu’imposent une évolution dans l’environnement et à adapter son métier, son organisation.

Illustration

Une illustration en est l’expérience de la firme Kodak. Créée en 1880, cette firme a régné sur la photographie jusque dans les années 1990. Elle était spécialisée dans la chimie et ne s’était pas intéressée à l’électronique lorsque celle-ci avait commencé à émerger. Surtout que de grands progrès avaient été réalisés en matière de photographie argentique dans les armées 1970-1980. Ce qui faisait penser aux dirigeants que Kodak imposerait dans la durée sa vision. Erreur fatale. Il a manqué à Kodak une incapacité à prendre en compte l’évolution de son environnement, à identifier l’élément stratégique et à adapter son métier. Kodak considérait l’électronique pure comme un gadget et a raté l’opportunité de faire des investissements dans l’innovation. Elle n’a pas suivi l’évolution de son environnement, ce qui lui a été fatal. L’action de Kodak a commencé à baisser et ce fut le déclin.

Share This