1. Rappel

L’objectif de nos rencontres sur la présente plate-forme est triple :

  • D’abord connaître les compartiments ou sous-ensembles qui composent l’ensemble qu’est le groupe, l’organisation ou l’entreprise. L’avantage, ce faisant, est de permettre à chacun de découvrir le contenu et l’importance des composants, ou encore colonnes dans la Théorie Organisationnelle de Berne (TOB), d’un groupe, une organisation ou une entreprise.
  • Le deuxième objectif est de comprendre que les sous-ensembles ne sont pas des compartiments figés, et qu’au contraire l’organisation ou le groupe est un système dynamique et vivant en mouvement, et en changement permanent. Des forces et des énergies sont en jeu pour produire l’activité du groupe ou de l’organisation. Ces forces et ces énergies s’appellent, par exemple, la vision du leader ; le leadership du leader ; le marché et les règles qui régissent l’activité ; les règles de fonctionnement en interne ; la structure organisationnelle ; ainsi que les relations entre les personnes, pour ne citer que celles-là
  • Enfin, et c’est pour cela que nous avions insisté sur la vision systémique du groupe ou de l’organisation, les différents compartiments ou composants réagissent et interagissent entre eux. Une difficulté dans un compartiment va avoir des répercussions sur les autres compartiments. En outre, les forces et les énergies ne sont pas toujours en harmonie ; l’énergie pour produire le bien ou le service n’est pas toujours stable, des difficultés peuvent apparaître et affecter la performance et l’efficacité, qui sont le but recherché. On parle alors de dysfonctionnement, et nous y reviendrons un peu plus tard.

Aujourd’hui nous aborderons la quatrième colonne de la TOB qui s’appelle, les Membres du Groupe.

2. Les Membres du Groupe :

Cette colonne du modèle est réservée à la structure individuelle et à la structure privée.

La structure individuelle

Celle-ci est composée des membres du groupe recrutés en fonction de leurs compétences pour occuper les positions prévues dans l’organigramme. Le problème qui se pose souvent dans ce secteur est de savoir si le membre a les compétences nécessaires pour occuper son poste. Et s’il les a, les conditions du travail lui permettent ils effectivement de s’épanouir et d’exprimer son potentiel ? Une inadéquation entre le poste et les compétences ou encore une incapacité donner le meilleur de lui peut être cause de baisse de productivité du membre.

La structure privée

La structure privée, pour sa part, s’intéresse à ce qui passe dans la tête des individus que sont les membres du groupe.

Il a en effet été constaté qu’à côté de l’énergie consacrée au travail proprement dit, les membres déploient un autre type d’énergie relationnelle cette fois-ci qui assure une circulation émotionnelle inconsciente.

Il s’agit donc des liens qui se tissent entre les sous-groupes aux différents niveaux.

L’ajustement des représentations

Comment se tissent ces liens qui constituent un aspect de la cohésion d’une structure ? à partir de la représentation mentale qu’à chaque personne de sa propre place dans le groupe et de la place des autres membres.

La règle est que plus la représentation est différenciée c’est-à-dire plus l’élément humain est fort, et que chacun est connu de tous, plus chacun pense et est convaincu d’être à la place qui est la sienne. On dit alors que l’ajustement de la représentation est secondaire, car chacun connaît bien l’autre, lui fait confiance, peut donner de l’aide et s’attend aussi à en recevoir en cas de besoin.

Cette phase est essentielle à la performance globale de la structure, car la productivité augmente lorsque les membres ont développé entre eux des relations d’amitié et de coopération.

Par contre si la représentation n’est pas différenciée, s’il n’y a pas un ajustement secondaire, les gens ne se connaissent pas bien, ne se font pas confiance et il n’y aura pas d’harmonie et encore moins de soutien.

Dès lors, une partie notable des énergies individuelles sera dépensée pour partir à la découverte des autres membres, savoir qui est l’autre (ami ou ennemi) et ce qu’il est possible de faire avec lui. Il se produira donc une déperdition d’énergie qui affectera la performance globale.

D’où le rôle du dirigeant qui est de faciliter l’ajustement, permettre l’échange des représentations mentales et que les gens apprennent à se connaitre en se frottant les uns aux autres.

Dans le prochain post,  nous parlerons des problématiques liés à la motivation, ainsi qu’aux signes de reconnaissance chez les membres du groupe..

 

Share This