Puissance du leadership

Dans l’article précédent l’attention avait été attirée sur les trois aspects du leadership que sont le Leader Responsable, le Leader Effectif, ainsi que le Leader Psychologique.

Pour qu’une structure fonctionne bien le Leader Responsable doit être le Leader Effectif, sinon il s’installera un bicéphalisme qui sera préjudiciable à son autorité. Il est donc impératif, pour l’existence d’une autorité saine, que le Leader Responsable ait les compétences techniques liées au travail et à la définition de la stratégie.De même, le leader Responsable devrait être capable de jouer le rôle de Leader Psychologique.

En conséquence, le leadership dans une structure est dit puissant ou fort lorsque les trois casquettes de leader Responsable, Leader Effectif, et Leader Psychologique sont portées par une seule et même personne, en l’occurrence le Leader Responsable.

Toutefois, leadership puissant ou fort ne signifie nullement leadership autoritaire. L’enjeu est plutôt d’instaurer une autorité saine et équilibrée, et que toutes les fonctions du leadership soient effectivement assurées.

Il revient au Leader Responsable de s’assurer que cet équilibre existe et est exercé à sa travers sa personne, ou par délégation.

Car, un concours de circonstances peut faire que le Leader Responsable ne peut pas assumer le rôle de Leader Effectif, ou de Leader Psychologique. Dans ces conditions il s’impose que le Leader Responsable soit conscient de l’importance pour la structure que ces rôles soient effectivement joués quand bien même il n’est pas en mesure de les assumer. Il lui faut alors être transparent et désigner un Leader Effectif, le faire connaître de toute la structure, comme la personne vers laquelle les opérationnels sont invités à se diriger pour obtenir des réponses aux préoccupations techniques.

Parallèlement, le Leader Responsable doit désigner quelqu’un pour jouer le rôle de Leader Psychologique. Cette personne doit être connue de tous les membres comme représentant le Leader Responsable pour toutes les questions liées à leur évolution dans la structure, et que dans la mesure des moyens existants, les recommandations du Leader Psychologique seront prises en compte.

Y-a-t-il un Evhémère dans cette structure ?

L’Evhémère est un leader qui a fortement impacté le groupe par ses valeurs. Il est soit mort, soit on sait qu’il ne reviendra pas. On peut entendre souvent dire dans une structure  marquée par un Evhémère X : du temps de Mr X…. cela se passait comme ceci, ou bien, ‘du temps de Mr X, ce type de choses n’aurait pas pu se produire’.

En conséquence un Leader Responsable nouvellement désigné se doit de s’informer de l’existence ou non d’un Evhémère, car tant que ce dernier contribue au sentiment d’appartenance à l’organisation se traduisant par une « fierté » d’être dans la boite de Mr X….., ou encore ‘partage de valeurs fortes’, le nouveau Leader Responsable se doit de tenir compte de l’héritage que constitue cette influence, et de ne pas adopter un style de leadership personnel qui  affaiblisse l’Evhémère. Sous peine de créer en interne de la résistance à son propre leadership.

Tant que la structure n’est pas confrontée à des besoins nouveaux dans l’Environnement, qui obligent le Leader Responsable à la faire évoluer en effectuant des changements dans les habitudes, il serait plus recommandé qu’il s’adapte à l’héritage de l’Evhémère, le temps d’asseoir sa propre crédibilité.

Efficacité du Leadership

Dans la Théorie Organisationnelle de Berne le leadership, en plus de sa puissance,  est dit efficace si le Leader Responsable se donne les moyens de prendre trois décisions, notamment,

  • Changer les personnes ou l’organisation de la structure sans avoir à en demander l’autorisation,
  • Décider irrévocablement de certaines récompenses et sanctions,
  • Décider de la stratégie et faire évoluer la structure en fonction de l’environnement et de l’élément stratégique ; par exemple choisir les responsables, fixer les objectifs, répartir les missions, ajuster l’organigramme, s’assurer de l’existence des compétences.

S’il n’a pas l’autorité nécessaire pour agir sur ses trois aspects, la capacité de la structure à obtenir des résultats sur la durée s’en ressentirait.

 

Share This